L’avantage des examens en présentiel

Les examens en présentiel sont plus avantageux pour les étudiants de la Faculté de Droit. Nous avons tout intérêt à avoir nos examens en présentiel. ALTER Paris XII vous explique pourquoi.
Partage l'article :
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur facebook
Facebook
Partager sur telegram
Telegram
Partager sur email
Email

Mise à jour : 27 novembre 2020

Pourquoi ALTER Paris XII défend le maintien des examens en présentiel depuis le début du mois d’octobre ? Pour deux raisons principales :

  • L’examen en présentiel est moins pénalisant pour les étudiants, que ce soit au niveau technique mais également pédagogique. Il garantit l’égalité entre les étudiants.
  • L’examen en présentiel garantit la valeur du diplôme de la Faculté de Droit

Suite aux derniers examens qui ont eu lieu en distanciel, nous avons discuté avec de très nombreux étudiants au sein de notre local aux mois de septembre et d’octobre. ALTER Paris XII fonctionne plutôt sur le terrain. Nous trouvons ça plus humain et authentique. Il en est ressorti de ces discussions une vive inquiétude d’avoir à nouveau des examens en distanciel. De façon générale, les étudiants de L3 et Master ont bien compris les avantages des examens en présentiel pour les avoir connu à plusieurs reprises et peuvent donc les comparer aux examens en distanciel. Le stress lié aux problèmes techniques est celui qui a été le plus souvent évoqué, la fracture numérique est considérée comme profondément injuste.

Nous avons aussi discuté avec un grand nombre de professeurs de la Faculté de droit. Ils sont très défavorables au distanciel pour une raison principale : celui-ci ne leur permet pas d’évaluer les étudiants correctement sur ce qui est généralement attendu d’eux en période normale. Après les résultats des examens qui ont eu lieu en distanciel, les professeurs envisagent de modifier radicalement leur mode d’évaluation si les examens doivent à nouveau avoir lieu en distanciel.

Partant de ce constat, ALTER Paris XII a pris en compte l’ensemble de ces informations pour déterminer ce qui paraît être le plus juste pour les étudiants en droit.

ALTER Paris XII ne décide pas si ces examens auront lieu en présentiel ou non, nous sommes une association étudiante locale. Nous faisons des propositions, nous donnons notre avis en nous appuyant à la fois sur le ressenti des étudiants mais également sur notre connaissance du fonctionnement des universités. Nous étudions ce qui est possible et ce qui n’est pas possible et nous défendons ce qui paraît être le plus intéressant pour les étudiants.

Plusieurs sondages réalisés un peu partout en France sur les réseaux sociaux et au sein de l’UPEC montrent que la majorité étudiante préfère avoir des examens en présentiel. Déjà, au mois d’octobre 2020, un premier sondage a été réalisé au sein de la Faculté de Droit qui exprimait une préférence majoritaire pour du présentiel concernant tous les aspects pédagogiques. Suite à la publication de notre position, une autre association étudiante en droit, qui n’a pas défendu les examens en distanciel et a approuvé également l’organisation des examens en présentiel a refait un sondage qui confirme une majorité écrasante à 63% des étudiants interrogés en faveur du présentiel. Nous remercions cette association étudiante de nous confirmer en chiffres ce que nous écoutons chez les étudiants depuis la rentrée.

L’examen en présentiel rétablit l’égalité entre les étudiants.

Le confinement a prouvé l’inégalité croissante entre les étudiants dont voici les principaux.

Inégalité liée à la fracture numérique.

Inégalité quand à l’environnement de travail.

Inégalité liée à la triche.

Le principe d’égalité entre les étudiants face aux examens est fondamental. Ce principe garantit à chaque étudiant la même chance de réussite qu’un autre étudiant, la réussite étant uniquement liée à la préparation personnelle de l’étudiant, et non liés à des éléments extérieurs.

Est-il normal qu’un étudiant puisse échouer à cause de la fracture numérique ?

Est-il normal qu’un étudiant puisse échouer parce que son environnement familial ne lui permet pas de se concentrer sur une épreuve ?

Est-il normal qu’un étudiant puisse échouer parce qu’il n’arrive pas à comprendre comment utiliser correctement Eprel ?

Les étudiants doivent passer les examens dans les mêmes conditions, des conditions propices à la concentration et la mobilisation des connaissances dans un temps donné.

Les étudiants qui n’ont pas la chance de bénéficier d’un bon environnement de travail, qui ont une connexion médiocre, qui ont travaillé pendant le semestre et qui ne veulent pas stresser sur leurs épreuves à cause de problèmes techniques, qui veulent être notés de façon juste, ces étudiants en droit ont tout intérêt à avoir les examens en présentiel.

Pourquoi l’examen en présentiel garantit davantage la valeur du diplôme qu’un examen en distanciel ?

Premier argument : pas de présomption de triche généralisée

Les examens en distanciel sont accompagnés d’une présomption de triche à la fois individuelle et collective par l’ensemble des enseignants des Facultés de droit, ici à l’UPEC mais également les enseignants des autres Facultés de droit en France.

Cela met en place donc un doute sur toute validation des examens qui auraient lieu en distanciel. Ce doute, vous l’avez compris, influe directement sur la valeur de notre diplôme qui sera appréciée par les Facultés de Droit. Et en conséquence, cela influera sur la sélection en Master.

A votre avis, que pensera un prof d’un dossier d’un étudiant qui aura obtenu ses années en distanciel ?

Deuxième argument : Nous sommes en concurrence avec les étudiants des autres Facultés de Droit pour la sélection en Master

Et autant vous le dire franchement, quasiment toutes les autres Facultés de Droit envisagent très clairement de mettre en place les examens en présentiel. Nous savons déjà que certaines se remuent leurs méninges pour que les examens aient lieu en présentiel quoiqu’il arrive. Ce qui veut dire que les étudiants provenant de Facultés de droit ayant organisé leurs examens en présentiel seront nettement plus avantagés dans la sélection.

Même si nos examens en distanciel étaient rendus très difficiles, comment un directeur de Master de la Faculté de droit d’Assas, de Bordeaux, de Lyon ou autre peut-il être certain que nos examens ont été validé sans tricher ?

L’examen en présentiel est davantage dans l’intérêt des étudiants

Les deux premiers arguments influent directement sur la difficulté de l’examen en distanciel par voie de conséquence.

Troisième argument : L’examen en présentiel nous met dans les conditions psychologiques et environnementales d’un examen

Tous les étudiants ne disposent pas d’une pièce isolée chez eux pour passer sereinement les examens. Entre les frères et sœurs, ou les parents, des travaux qui peuvent avoir lieu à proximité de chez soi, bref, la présence d’un bruit ambiant qui peut nous empêcher de nous concentrer. De plus, passer l’examen dans notre chambre, sur notre lit pour ceux qui n’ont pas de bureau, psychologiquement, c’est pas top, ça ne nous met pas dans l’ambiance examens.

Rajoutons que l’examen en présentiel retire le stress lié aux problèmes techniques qu’on pourrait rencontrer : la connexion qui est mauvaise, l’email qui ne s’envoie pas, le chat qui saute sur le clavier et efface tout ce qu’on avait écrit, le problème technique général qui fait repasser l’épreuve à tout le monde, bref, tous les problèmes techniques que nous avons rencontrés au mois de mai/juin dernier. Ce serait dommage de ne pas valider parce que notre connexion sera capricieuse le jour de l’épreuve et qu’il sera difficile de le prouver. Les enseignants exigeront cette fois-ci des preuves solides des problèmes techniques rencontrés pour éviter les abus qui ont eu lieu lors du dernier confinement. On ne peut pas leur en vouloir de chercher à vérifier drastiquement notre bonne foi.

Etre présent dans un amphi nous permettra de mieux nous concentrer et d’être certain que notre copie sera corrigée correctement.

Quatrième argument : La présomption de triche rendra les professeurs plus exigeants.

Si nous avons des examens en distanciel, les enseignants seront bien plus exigeants car ils prendront en compte dans leur correction que nous avons accès à Internet, à nos cours, aux livres.

Comment pensez-vous qu’ils élaboreront le sujet ?

Comment pensez-vous qu’ils vont nous noter ?

Si vous pensez que les examens en distanciel se dérouleront comme en mai/juin, ce sera tout le contraire.

Plusieurs galops d’essai ont montré qu’il n’y aura aucune pitié en distanciel.

Pour rappel : les professeurs élaborent le sujet de leur choix et déterminent également librement leur notation. Ils doivent juste respecter le fait que les sujets doivent porter sur le programme qu’ils ont enseigné.

Par conséquent, il n’est pas possible de faire une réclamation auprès d’un professeur de droit sur la difficulté d’un sujet ou sur une notation sévère. Le jury est SOUVERAIN dans l’appréciation du niveau des étudiants.

L’avantage des examens en présentiel est que nous savons déjà comment les professeurs peuvent nous évaluer en nous reportant aux annales d’examens (qu’ALTER Paris XII distribue chaque année gratuitement). Il est possible d’améliorer notre préparation aux examens.

Cette année, si des examens ont lieu en distanciel, nous ne savons absolument pas comment cela peut se passer et cela diminue notre préparation. D’autant que les professeurs ont confirmé que cela ne se passera pas du tout comme les derniers examens en distanciel.

Bien entendu, le respect des mesures sanitaires doit être appliqué pour que ces examens soient totalement dans l’intérêt des étudiants en droit.

Néanmoins, des étudiants invoquent à raison des peurs concernant l’organisation d’examens en présentiel. Nous les remontons à l’administration et aux professeurs.

ALTER Paris XII continuera de défendre les examens en présentiel car nous considérons que cela est plus avantageux pour les étudiants qu’en distanciel. Toutefois, ces examens doivent se dérouler de façon à garantir le respect des mesures sanitaires. Nous serons vigilants sur l’organisation des examens.

Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur facebook

2 réponses

  1. Franchement ce serait contre-productif pour la santé des étudiants de faire des examens en présentiel car n’oublions pas que le virus de la covid est toujours en train de circuler sur tout le territoire français. Aussi, ayez en tête que si la stratégie de la faculté est de repousser indéfiniment les examens pour absolument les faire en présentiel, cela ne peut être bénéfique pour les étudiants. D’où l’intérêt de garder des examens certes en distanciels, mais plus stricts de par leur notation. Bien à vous.

    1. Bonsoir Kiran
      Nous n’avons eu aucun écho d’une stratégie de la Faculté de repousser les examens, bien au contraire, le Doyen et les professeurs ainsi que l’administration de l’UPEC souhaitent que tout se déroule selon le planning prévu, et nous sommes également allés dans ce sens.
      La faculté des sciences de l’UPEC commence déjà à organiser des examens en présentiel. Toutes les UFR de l’UPEC se sont prononcées pour les examens en présentiel. Selon les échos que nous avons d’autres universités, c’est également le même mouvement.
      De ce que nous voyons de la tendance nationale, le distanciel sera plutôt l’exception et le gouvernement ne s’est pas opposé à cette tendance, et l’encourage même puisqu’une majorité des concours nationaux a été maintenu en présentiel malgré le confinement.
      Il est compliqué de défendre les examens en distanciel à l’heure actuelle à cause de toutes les fraudes et abus étudiants qui ont eu lieu lors des derniers examens malheureusement.

Laisser un commentaire

diam porta. id lectus Phasellus non tristique et, libero. eleifend
Partager sur whatsapp
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur linkedin
Partager sur facebook